Frontières, marges et confins (Sciences humaines et sociales) par Corinne Alexandre-Garner

September 25, 2018

Frontières, marges et confins (Sciences humaines et sociales) par Corinne Alexandre-Garner

Titre de livre: Frontières, marges et confins (Sciences humaines et sociales)

Auteur: Corinne Alexandre-Garner

Broché: 400 pages

Date de sortie: November 20, 2014

Éditeur: Presses universitaires de Paris Nanterre

Télécharger Lire En Ligne

Corinne Alexandre-Garner avec Frontières, marges et confins (Sciences humaines et sociales)

Frontières, marges et confins (Sciences humaines et sociales) par Corinne Alexandre-Garner a été vendu pour £9.49 chaque copie. Le livre publié par Presses universitaires de Paris Nanterre. Il contient 400 le nombre de pages. Inscrivez-vous maintenant pour accéder à des milliers de livres disponibles en téléchargement gratuit. Le livre disponible en PDF, epub, audiobooks et beaucoup plus de formats. L’inscription était gratuite.

Cet ouvrage met en question les termes de frontières, de marges et de confins dans une perspective pluridisciplinaire. Il aborde respectivement, l’éthique des frontières, l’espace psychique, l’altérité et les marges telles qu’elles sont vécues et perçues dans les champs de la sociologie, de l’histoire, de l’histoire de l’art et des arts du spectacle. Il interroge également les marginalités créatrices de l’écriture et la représentation des marges en littérature. Témoin de la volonté d’un groupe de chercheurs en sciences humaines de sortir des champs de leur discipline pour esquisser un espace transfrontalier, il inaugure la collection « Chemins croisés ». En faisant émerger de nouveaux objets d’investigation, de nouveaux paradigmes dans une zone frontalière où s’épanouissent les échanges, ces chercheurs souhaitent, tels les drogmans d’antan, servir d’interface en incarnant la fécondité des espaces d’entre-deux dans lesquels s’enrichissent les langues et les cultures. Penser la frontière, les marges et les confins, c’est convoquer la figure de l’étranger, esquisser celle du passeur, dévoiler l’in-su que chacun porte en soi et instaurer des passerelles entre générations et civilisations ; c’est affirmer, pour reprendre les termes de Montaigne, que nous « pensons toujours ailleurs ».